Nîmes : le Musée de la Romanité ouvre ses portes

Par Marie-Hélène Balivet - Coté Sud n°172 - Juin-Juillet 2018, publié le
Un bâtiment en lévitation sur vingt siècles d'histoire.

Un bâtiment en lévitation sur vingt siècles d'histoire.

Stéphane Ramillon / Ville de Nîmes

Après trois ans de travaux, le Musée de la Romanité vient d'ouvrir ses portes face aux arènes. Ce bâtiment-totem abrite désormais une exceptionnelle collection archéologique. Et offre A Nîmes l'objet-monde qui lui manquait pour devenir une vraie destination.

Face à la masse circulaire des Arènes puissamment ancrée dans le sol, c'est un parallélépipède aérien, drapé dans une toge de verre. Entre ces édifices séparés par deux mille ans d'histoire, Elizabeth de Portzamparc, qui signe le musée de la Romanité, a voulu instaurer un dialogue sensuel, basé sur leur complémentarité. Elle a voulu aussi faire du nouveau musée un repère urbain ouvert sur la ville et ses habitants. Perméable, le bâtiment s'organise donc autour d'une rue centrale qui relie le parvis des Arènes à un vaste jardin archéologique accessible à tous. Mais c'est d'abord la façade qui attire l'attention : ondulant, miroitant, ce drapé translucide composé de sept mille carreaux de verre évoque aussi un art romain majeur, la mosaïque.  

Oeuvre dans l'oeuvre, la façade aux écailles de verre dialogue en permanence avec la lumière.

Oeuvre dans l'oeuvre, la façade aux écailles de verre dialogue en permanence avec la lumière.

Nicolas Borel

Un bâtiment en lévitation sur vingt siècles d'histoire.

Un bâtiment en lévitation sur vingt siècles d'histoire.

Stéphane Ramillon / Ville de Nîmes

Une fois franchi son écran scintillant, on accède à une expérience muséographique inédite, une immersion unique dans la civilisation romaine en Méditerranée, du VIIe siècle av. J.-C. au Moyen Âge, à travers 5 000 pièces exceptionnellement préservées : mosaïques (dont celle de Penthée, fabuleuse, découverte dans le sous-sol nîmois en 2006), statues de bronze, de marbre, objets du quotidien... Chronologique et thématique, le cheminement montre le rôle joué par la colonie latine de Nemausus, et les liens tissés avec son territoire. Il est enrichi de nombreux dispositifs de réalité augmentée permettant de visiter une maison gauloise, une riche demeure romaine, ou d'observer des artisans à l'oeuvre... Des récits audio donnent vie aux personnages historiques et aux légendes, tandis qu'un procédé de captation vidéo permet au visiteur de s'admirer vêtu d'une toge ou d'une armure romaines.  

Nymphe en calcaire local, découverte à Beaucaire en 1958, Ier siècle après J.-C.

Nymphe en calcaire local, découverte à Beaucaire en 1958, Ier siècle après J.-C.

XDR

Point culminant du parcours, le toit-terrasse végétalisé offre un belvédère à 360° sur Nîmes et ses vingt-six siècles d'histoire. Il accueille le restaurant du musée, La Table du 2, tenu par le chef Franck Putelat. Vue imprenable sur les Arènes ! 

Informations : Musée de la Romanité - "Gladiateurs, héros du Colisée", jusqu'au 24 septembre 2018. 16 boulevard des Arènes. 04.48.21.02.10 

Le toit-terrasse, qui est accessible à tous, fait monter l'espace urbain dans le musée.

Le toit-terrasse, qui est accessible à tous, fait monter l'espace urbain dans le musée.

Nicolas Borel

Ailleurs sur le web

Contenu proposé par Taboola

Ailleurs sur le web

Sur le même thème

Abonnez-vous

Côté Paris

Newsletter Design

Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine les dernières tendances déco design

Services

Commentez cet article

0 commentaire

Retour vers le haut de page