Paris-Venise par Chanel, l'eau d'imaginaire

Par Virginie Bertrand - Côté Sud N°173 - août/septembre 2018, publié le
Paris-Venise par Chanel, l'eau d'imaginaire

Paris-Venise par Chanel, l'eau d'imaginaire

Chanel. V. H. Grandpierre, Collection Particulière.

Réminiscence olfactive. Souvenirs à flots. Fraîcheur sur la peau. Deux mots et une destination : Paris-Venise. Les imaginaires prennent le large, sous la brise délicate des Eaux de Chanel. Des sent-bon qui parlent d'évasion, d'herbes folles, de bord de mer et de palazzi byzantins.

"Des sons, des images, des souvenirs apparaissent... Les Eaux de Chanel, Paris-Deauville, Paris-Biarritz et Paris-Venise, ne se contentent pas d'incarner des voyages immobiles. Elles sont empreintes de liberté", explique le parfumeur de la maison, Olivier Polge. "Attention, rien est littéral. C'est plutôt, à chaque fois, l'idée que les citadins peuvent faire de ces destinations, à chacun son imaginaire."  

>> A lire aussi >> L'artisanat européen prend ses quartiers à Venise 

Gabrielle Chanel à Venise en 1936 sur le bateau des Sert, devant l'Excelsior au Lido.

Gabrielle Chanel à Venise en 1936 sur le bateau des Sert, devant l'Excelsior au Lido.

Chanel. V. H. Grandpierre, Collection Particulière.

Lui, est parti des lieux iconiques, étapes structurantes dans la vie de Gabrielle Chanel. Deauville où Mademoiselle ouvre sa première boutique de mode à 29 ans en 1913 et révolutionne les codes de la mode, la fin des corsets, des maillots une pièce, les débuts du jersey, d'une certaine androgynie. Puis ce sera Biarritz, la vie balnéaire, et Venise, cité de la renaissance après la mort tragique de son amant Arthur Capel, dit Boy. Elle se réfugie auprès de ses amis, Misia et son mari le peintre José Maria Sert, Paul Morand, Serge Diaghilev. 

>> A lire aussi >> Taschen publie les carnets de voyage oniriques de Françoise Gilot 

L'image floue des gondoles semble sortie d'un rêve, les tonalités bleutées évoquent la fraîcheur de cette eau dont on s'asperge,comme une brume caressante. Le flacon au spray invisible diffuse des accords orientaux.Une Fragrance chaude qui mêle notes ambrées,fruits rouges, iris, géranium, agrumes et cèdre.

L'image floue des gondoles semble sortie d'un rêve, les tonalités bleutées évoquent la fraîcheur de cette eau dont on s'asperge,comme une brume caressante. Le flacon au spray invisible diffuse des accords orientaux.Une Fragrance chaude qui mêle notes ambrées,fruits rouges, iris, géranium, agrumes et cèdre.

Chanel. V. H. Grandpierre, Collection Particulière.

Elle fait la connaissance d'une cité aux confins des cultures de l'Europe et de l'Orient. Elle offre son visage au soleil de l'Adriatique, se laisse à nouveau émouvoir par la lumière. Olivier Polge imagine l'eau la chaude et féminine des trois, un bouquet orientalisant. "Je voulais que l'on sente cette ouverture sur l'Orient qui est aussi chez Chanel une évocation du baroque. La création de l'Eau Paris-Venise s'inspire autant du long périple en Orient- Express qui sépare la capitale française de la cité italienne, que de la destination seule." C'est un parcours introspectif, au coeur des émotions. Il suggère, par touche, les ors de l'Orient dans une sensation ouatée. On pourrait presque parler d'une eau impressionniste. Les notes ambrées s'allègent, les fruits rouges estompent l'iris et le géranium, les agrumes rafraîchissent, le cèdre fuse. La fragrance mêle les accords, comme les imaginaires. Le flacon, dans son dépouillement, verre ultra-fin, bouchon de Bakélite, pompe invisible... laissent naître toutes les évocations... 

>> A lire aussi >> Los Angeles, nouvelle star du Bon Marché 

Paris - Venise, de Chanel.

Paris - Venise, de Chanel.

Chanel. V. H. Grandpierre, Collection Particulière.

PARIS-VENISE -- Extrait de la collection "Les Eaux de Chanel", 112 euros les 125 ml.  

Ailleurs sur le web

Contenu proposé par Taboola

Ailleurs sur le web

Sur le même thème

Abonnez-vous

Côté Ouest

Newsletter Design

Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine les dernières tendances déco design

Services

Commentez cet article

0 commentaire

Retour vers le haut de page