Bréguet-Sabin : 20 adresses créatives au coeur de Paris

Par Virginie Bertrand - Côté Paris N°56 - avril/mai 2018, publié le

Une minuscule partie du XIe arrondissement de Paris se réinvente en village, autour d'un art de vivre revendiqué, d'une authenticité retrouvée. Elle conjugue le temps long de l'artisanat, l'originalité d'une création indépendante, les bienfaits du bio, la dynamique du collectif. De belles rencontres en perspective, vivifiantes et inspirantes.

A Paris, entre Bastille et Chemin Vert, une station de métro au nom de Bréguet-Sabin, vestige de l'Art Nouveau aux arabesques de fer forgé si emblématiques. Cet épicentre créatif anime la capitale d'un nouveau souffle. Au sein des cours arborées, peintres et artisans se côtoient dans des ateliersaux verrières lumineuses. De nouvelles boutiques de créateurs proposent une mode éthique, et les bistrots typiques rencontrent de nouvelles adresses de fooding bio et de concepts stores vegans. Une effervescence parisienne !
>> A lire aussi >> Vers une société eco-friendly ? Zoom sur les créateurs de demain

agrandir Rue Saint-Sabin, une cour arborée à la verrière lumineuse

1 - Rue Saint-Sabin, une cour arborée à la verrière lumineuse - L'une des nombreuses cours derrière les portes cochères rue Saint-Sabin, agrémentées d'arbres et de plantes en pots et cachant nombre d'ateliers en tout genre.
>> A lire aussi >> L'Atelier des Lumières, lieu d'exposition monumental

Nathalie Baetens

agrandir Le métro Bréguet-Sabin, aux courbes emblématiques de l'Art Nouveau

2 - Le métro Bréguet-Sabin, aux courbes emblématiques de l'Art Nouveau - Pas un seul touriste, des rues étroites et de multiples cours pavées s'étirent au soleil. "Le sentier chinois" avec ses divers magasins de textiles, aujourd'hui concentrés à Aubervilliers, laisse place à un autre type d'entrepreneurs. Les moins de trente ans se lancent dans leur rêve sucré ou végan, les artisans d'art réinvestissent les ateliers, les "en reconversion" inventent d'autres formes de commerce, collectif, participatif, indépendant. Fi des enseignes de mode, des adresses bobo, loin de toute gentrification ! Le bio se veut accessible à tous, comme le yoga, les restaurants, les lieux où l'on peut traîner. Les boîtes aux lettres des immeubles se doublent d'étagères de livres à partager, voire de peluches à adopter. Cet environnement génère d'autres comportements, une attitude mâtinée de cool. "C'est un quartier où l'on ne se regarde pas ! On se parle." Phrase entendue maintes fois lors de cette échappée, quand un voisin en recommande un autre, de l'architected'intérieur Marianne Evennou à l'équipe de Cyclutile, de cette dernière à la famille Fisher de Welcome Bio, puis à Cheyma et Raphaël d'Aujourd'hui Demain...
>> En photo : un entourage de station de métro signé Guimard.
>> A lire aussi >> Le Canal Saint-Martrin : un microcosme au coeur de Paris

Nathalie Baetens

agrandir Esprit cantine bio pour le Grand Bréguet

3 - Esprit cantine bio pour le Grand Bréguet - Les initiatives rafraîchissantes, vivifiantes, enthousiasmantes ne manquent pas. On aurait presque envie de se joindre à cette bande d'hédonistes. Quel est cet immense rez-de-chaussée, entre rue et cour, aux airs de cantine avec comptoir et tables en Formica qui se serait agrégé avec une galerie d'art ? Un accrochage de dizaines de tableaux attire l'oeil et la suggestion bol végé ou protéiné à dix euros, interpelle. Derrière l'immense baie vitrée, une fratrie, celle des Legrand. Augustin demeure dans toutes les mémoires depuis son action en 2006 en faveur des sans-abri au bord du canal Saint-Martin. Il mène, aujourd'hui, un autre combat avec son frère Jean-Baptiste, celui du bio pas cher. Il le prouve avec ce type totalement nouveau de cantine ultra-saine, Le Grand Bréguet. "Notre dernière installation est rue de Lyon, encore populaire qu'ici. Nous luttons contre la malbouffe, nous mangeons du vide, la France est le deuxième pays consommateur de McDonald's", renchérit Bruno, responsable de la rue Bréguet, tout juste un an après son arrivée comme serveur : "C'est aussi la chance qu'ils donnent aux gens." En voisins de porte, Anna, Alice et Anselme, du Ten Belles microscopique rue de la Grange-aux-Belles, occupent les deux cent cinquante mètres carrés d'un local de la Semaest - spécialisée dans l'animation économique des quartiers - avec un désir de compléter l'idée originelle de faire du bon café par celle de faire du bon pain au levain. "Le quartier est le pré carré de la bistronomie, on vient y mettre notre graine bio. Nous livrons à vélo de quarante restaurants par jour." En face à la Grive, des huîtres fraîchement arrivées, des vins naturels, les sourires également. Le Petit Keller incite à dépasser la rue de la Roquette. Une chef japonaise en cuisine fait basculer le carrelet ou l'onglet dans un monde de saveurs herbacées, pimentées, acidulées.
>> En photo : Le Grand Bréguet, la nouvelle cantine bio et arty de la famille Legrand, le bio pas cher sur tables et chaises en Formica face au mur-galerie d'art.
>> A lire aussi >> 4 restaurants avec terrasse à Paris

Nathalie Baetens

agrandir L'espace Patrick Seguin, où mobilier design côtoie architecture contemporaine

4 - L'espace Patrick Seguin, où mobilier design côtoie architecture contemporaine - Autre coffre-fort, la galerie de Patrick Seguin, grand cube noir dont l'agencement est signé Jean Nouvel. Inondés de lumière sous verrière zénithale, les meubles de Charlotte Perriand, de Le Corbusier, de Jean Prouvé et de Jean Royère délivrent un design radical, novateur. Un quartier authentiquement historique et sincèrement humaniste.
>> En photo : la galerie Patrick Seguin, qui est un spécialiste du mobilier de Jean Prouvé, Charlotte Perriand et Pierre Jeanneret. Une architecture de Jean Nouvel. Sous une immense verrière, les designers phares du XXe siècle, Jean Prouvé, Charlotte Perriand, Pierre Jeanneret, Le Corbusier, Jean Royère.
>> A lire aussi >> Franck Argentin, instigateur de design

Nathalie Baetens

agrandir Le Welcome Bio Bazar, repaire green de la capitale

5 - Le Welcome Bio Bazar, repaire green de la capitale - Welcome Bazar Bio référence une large sélection de produits alternatifs, originaux et éthiques pour "citoyens éco-conscients". Le sourcing est participatif, un client peut proposer une création correspondant à la charte, comme les bracelets Wax en direct du Sénégal, le carnet de balades d'une habitante du XIe, Audrey Nait-Challal, "In the mood for... Paris", Black+Blum, le filtre charbon, best-seller de l'enseigne.
>> En photo : Welcome Bio Bazar, des plantes en pot, du terreau à la cuillère, ustensiles de cuisine, produits cosmétiques, jouets, accessoires et un petit café. Le concept store green, maison, enfants, beauté et plantes pour citadins éco-conscients.
>> A lire aussi >> Léa Nature, un espace bio à Périgny

Nathalie Baetens

agrandir La terrasse fleurie de La Maison Bréguet

6 - La terrasse fleurie de La Maison Bréguet - Autre signe de l'évolution du quartier - on ne peut parler de mutations car l'ensemble des acteurs commerçants, artisans, restaurateurs sauvegardent son authenticité - l'implantation d'un 5 étoiles : La Maison Bréguet. Les propriétaires, dont c'est le premier hôtel, insufflent un ton "un peu disruptif, une hospitalité originale, avec amicalité et bonhomie" et s'entourent d'amis, pour la play-list (de Pépite à Phoenix en passant par Curtis Harding), le choix des livres, des films et en cuisine (ouverte !) un ex du Trianon, Giulian Maluri. De grands noms avaient précédé l'arrivée de La Maison Bréguet, Pierre Bonnefille juste en face depuis vingt ans. Artiste-artisan d'art, il compose des patines sensibles, irradiantes, en apothéose "la méditation room", un sas pigmenté d'extraction céleste. Ou encore Édition Limitée pour les séries numérotées de Vincent Collin et d'Olivier Gagnère.
>> En photo : terrasse végétalisée du nouveau 5 étoiles La Maison Bréguet avec un bar central animant de mille éclats et cocktails, signés Nico de Soto, le restaurant donnant sur une cuisine ouverte du chef Giulian Maiuri. Pour une nuit (suite familiale dans la petite maison de la cour) ou pour un déjeuner, sous la verrière avec vue sur la cuisine.
>> A lire aussi >> Le restaurant gastronomique et familial de Pierre Augé

Nathalie Baetens

agrandir Antoinette Poisson, un papier peint de tradition historique

7 - Antoinette Poisson, un papier peint de tradition historique - On les pratique à pied, rue Saint-Sabin, rue Sedaine, rue Boulle, rue Bréguet, détour par Chemin Vert et retour par Popincourt, arrêts très sélectifs rue de la Roquette, quelques pas de côté rue Keller. Les cours se laissent découvrir. 28 rue Sedaine, c'est un ancien couvent transformé en fabrique de meubles au siècle passé qui maintenant se morcelle en ateliers (maquettiste de cinéma, luthier de Gibsons, C&C Ryder, facteur de clarinettes anciennes Agnès Guéroult, maison d'édition La Cour Pavée). 12 rue Saint Sabin, l'atelier de papier peint Antoinette Poisson voisine avec celui des céramistes à huit mains Gangster avant d'accueillir Alain Ducasse - projet encore secret.
>> En photo : dans l'atelier d'Antoinette Poisson, une fabrication à la main, feuille par feuille, de papier peint dominoté, s'inscrivant dans la tradition historique de la corporation des dominotiers du XVIIIe siècle. Ambiance du showroom ouvert sur l'atelier. Des papiers peints fabriqués par Vincent Farelly, Jean-Baptiste Martin et leur équipe. Sur R-V.

Nathalie Baetens

agrandir La terrasse du Paris, dans un esprit bistrot

8 - La terrasse du Paris, dans un esprit bistrot - Terrasse du Paris à l'angle du boulevard Richard Lenoir croisant la rue Sedaine, l'une de celles définissant ce "village du XIe".

Nathalie Baetens

agrandir Le Petit Keller, bistronomie frenchie et nipponne

9 - Le Petit Keller, bistronomie frenchie et nipponne - Le Petit Keller et son équipe japonaise en cuisine qui sublime l'onglet de veau grillé sauce demi-glace, chou kale, panais, graine de courge, parmesan, le carrelet à la polenta, salsa câpre et persil...

Nathalie Baetens

agrandir L'épicerie Welcome Bio, emblématique du quartier parisien le  organique

10 - L'épicerie Welcome Bio, emblématique du quartier parisien le organique - La famille Fisher inaugure le Welcome Bio il y a cinq ans. Depuis, le bio pollinise le quartier. "Même l'Ibis s'y met et plante sur sa terrasse des plantes médicinales." Corinne Fisher insiste sur le rôle de l'environnement propice au projet : "On a immédiatement aimé le quartier, le côté village, un peu à l'ancienne, une proximité, une convivialité, des associations qui rassemblent le Carré Bastille, l'association Voltaire, Planète Keller." Bruno, son adjoint pour la version Bazar Welcome Bio, renchérit : "Un côté insouciant et libre, la possibilité de faire." Au-delà des surfaces impressionnantes des deux points de vente, les découvertes gustatives allèchent : pâtes PPura si fines qu'elles sont protégées par du papier, un café Terramoka grands crus et capsules végétales 100 % compostables, alternative réconfortante à l'aluminium, le riz indien Beendhi... À quelques pas, le premier concept store végan (jusqu'aux os pour chien) de Cheyma et Raphaël, à peine cinquante ans à eux deux. Après une campagne de financement participatif, ils concrétisent leur projet longuement mûri. Aujourd'hui Demain propose un espace café avec de larges fauteuils récupérés revigorés par de jolies tables de couleur, des chaussures, des sacs, des impers, des cosmétiques... végans. Chaque rue affiche son épicerie fine "sain, bio et raisonné", dixit Saveurs & Vous, son primeur en direct de la ferme, ses micropâtisseries d'ex-grands chefs, Nanan rue Keller ou de passionnées comme Emma Duvéré, rue Sedaine. Sur le même trottoir, on passe des viandes maturées du boucher Aziz Belhadj (restaurant incorporé) aux pâtes sobas à la farine extra-légère de sarrasin. Olivier, éleveur d'ânes en Ariège, voulait valoriser la culture de cette céréale de son terroir. Il s'envole pour Tokyo, devient maître soba et initie ce drôle d'atelier avec meules et grands couteaux car tout est fait à la main.
>> En photo : Welcome Bio de la famille Fisher, épicerie extra-large, jumelle de la version Bazar. Le pionnier bio du quartier, immense choix de produits frais, légumes, fruits, fromages, épicerie et des produits dénichés par la famille Fisher.

Nathalie Baetens

agrandir Une entrée dans l'atelier du designer Kostia

11 - Une entrée dans l'atelier du designer Kostia - Le designer Kostia dessine des meubles sculptures mariant bois noble, bronze et laque. "Mes créations commencent par le crayon, puis la maquette. Ensuite nous nous demandons comment produire et nous essayons, testons, étape par étape. 240 coupes différentes pour un pied de table, six épaisseurs de laque pour une console... rien n'est impossible."
>> En photo : l'atelier bois-laque-bronze du designer Kostia et exemples de pièces uniques, paravent en Dragon Wood (bois composite) et cadre en laiton patiné, table "Cairn" dont le pied angulaire s'inspire de la roche de l'Himalaya. Les créations de mobilier contemporain de Constantin Laan. Pièces uniques et sur mesure à partir de bois nobles, de bronze et de laque.

Nathalie Baetens

agrandir La cour du Grand Bréguet, et son mobilier de jardin pop

12 - La cour du Grand Bréguet, et son mobilier de jardin pop - Mobilier multicolore dans la cour du Grand Bréguet, une cantine bio de la famille Legrand. Leur nouveau challenge ? Le bio pas cher. Du bio accessible dans une ambiance de grande cantine arty, avec des bols végétariens et protéinés, entre 10 et 12 euros, des soupes de 3 à 5 euros, desserts 3 euros. Tables en Formica, tableaux aux murs et vaste cour.

Nathalie Baetens

agrandir La manufacture d'Alain Ducasse, chocolaterie au look industriel

13 - La manufacture d'Alain Ducasse, chocolaterie au look industriel - Rue de la Roquette, Alain Ducasse et sa manufacture du chocolat. Les arômes se diffusent dans l'air. "Nous fabriquons notre chocolat dès la fève de cacao, choisie auprès des meilleurs producteurs, souvent exclusifs, sans pesticides, sans métaux lourds, 60 tonnes en 2017." Laboratoire, torréfaction des fèves sur place, les ganaches s'en révèlent si exceptionnelles, si précieuses qu'elles sont présentées dans les anciens meubles de la Banque de France.
>> En photo : la manufacture Le Chocolat d'Alain Ducasse, où tout est fait sur place, de la torréfaction de la fève aux ganaches moelleuses présentées dans l'ancien mobilier de la Banque de France. L'or noir sous cloche.

Nathalie Baetens

agrandir Anne Willi, et sa boutique parisienne de stylisme branché

14 - Anne Willi, et sa boutique parisienne de stylisme branché - Anne Willi, créatrice de mode, en pionnière, installe il y a vingt ans son atelier et sa boutique rue Keller. Des robes croisées, des blouses ultra-féminines, des pantalons droits, de jolies matières racontent le vestiaire de la Parisienne. Son style particulier, affranchi des tendances, lui assure une reconnaissance outre-Atlantique, à Brooklyn. Elle évoque d'ailleurs une similitude d'esprit de village. La rejoignent sur le même trottoir, Les Petits Hauts, Gaelle Barré, #JoliBoni et très récemment No Blabla, le concept store de Laëtitia convoquant des marques introuvables ailleurs, mixte hétéroclite de bons basiques, de décoration, d'accessoires et de suspensions en macramé qu'elle tisse. Rue Popincourt, c'est en version collectif que s'ouvre Pooow, la première enseigne mutualisée de créateurs. Les bijoux présentés sur du mobilier chiné arrivent directement des établis de ces derniers, qui, à tour de rôle, assurent l'ouverture du magasin. À quelques pas, la styliste Violaine Zeller lance Petit Produit, des vêtements de 0 à 12 ans qu'elle confectionne.
>> En photo : la boutique, rue Keller, de la créatrice indépendante Anne Willi, et sa collection printemps-été 2018 très colorée. Créatrice de mode, sa boutique a ouvert en 1998.
>> A lire aussi >> L'univers design de la styliste Margaret Howell

Nathalie Baetens

agrandir Le Café des Chats, lieu insolite pour le goûter

15 - Le Café des Chats, lieu insolite pour le goûter - Le Café des Chats, unique, convie à la pause no stress en compagnie de sept chats dans un décor de grand-mère. Dépaysement médicalement garanti. Devant les portes cochères, de drôles de vélos interpellent par leurs couleurs excentriques, en version triporteur ou prolongé d'une cahute pour animal de compagnie ou pour bambins. Dorian Gautherat, à l'initiative de Cyclutile, fabrique ses vélos-cargos sur mesure, électriques ou non, transportant cuisine nomade ou livraisons. De dynamo en dynamique, il insiste sur celle éthique de ce micro-quartier, de la Biocoop aux Petits Vélos de Maurice formant des mécanos en situation de handicap.
>> En photo : le Café des Chats, à nul autre pareil, pause en compagnie de sept chats, chaises, tiroirs, tables de nuit accrochés aux murs sont des supports de jeux - "déstress" sous ronronnements... Prendre un thé ou déjeuner en compagnie de sept chats dans un décor hétéroclite de grand-mère, et s'extraire du temps...

Nathalie Baetens

agrandir Le charme parisien du Café de l'Industrie

16 - Le charme parisien du Café de l'Industrie - Café de l'Industrie, emblématique du quartier. Décoration de bric et de broc, cuisine simple, hareng-pommes de terre, tatin chèvre-butternut, andouillettes ou tagines.
>> A lire aussi >> Un café-restaurant au design coloré

Nathalie Baetens

agrandir Entre anarchie et couture, la mode punk signée Aganovich

17 - Entre anarchie et couture, la mode punk signée Aganovich - Ils cultivent la vocation initiale de ces espaces artisanaux. Immenses verrières, structures en bois, portes peintes cachent de grands ateliers. La Cité de la Roquette illustre l'exemple rêvé, un épicentre de création. Les habitants fusionnent avec les lieux. La cour s'ouvre sur une étrange maison néogothique de 1891, façade sculptée, vitraux multicolores, lucarnes à colombage abritant le couple le "anarchiste" de la mode. Ils se présentent tels quels. Brooke Taylor et Nana Aganovich, nom de la marque Aganovich. Diplômée de Central Saint Martins, Nana se lie avec Brooke : "On voulait faire quelque chose de créatif ensemble, Nana était attirée par la politique, moi j'étais dans l'esthétique de la résistance, punk, rave, graffiti." Ils défilent dès mars 2013. Les professionnels avertis saluent "une mode art total", leur coupe géométrique, leurs biais, leur approche coloriste. "Pour les collections à venir, on aimerait trouver le chemin vers un grand public, mais toujours avec un prêt-à-porter sophistiqué." Ils se sont rendus à Los Angeles et ont proposé au patron d'American Apparel qu'à partir de ses sweat-shirts, ils en imaginent une version couture. Pari réussi. Leurs voisins sont sur la même longueur d'onde... artistique.
>> En photo : à la Cité de la Roquette, épicentre de la création. Brooke Taylor et Nana Aganovich, créateurs de la marque Aganovich, sont à la tête de leur maison de création, l'une des griffes les arty de la mode. Vue intérieure de leur showroom, et sur l'un de leurs modèles, haut bouillonnant safran superposé à une robe dans le même esprit, un prêt-à-porter très haute couture. La griffe non-conventionnelle du duo de créateurs Brooke Taylor et Nana Aganovich. Studio de création et showroom, en vente chez L'Éclaireur.

Nathalie Baetens

agrandir Aujourd'hui Demain, Concept store vegan porté sur le bien-être

18 - Aujourd'hui Demain, Concept store vegan porté sur le bien-être - En deux, trois rues, se succèdent un inventeur de véloscargos, un café des chats, une jeune pâtissière déjà recommandée par les meilleurs critiques gastronomiques, un primeur se fournissant directement chez le producteur, une épicerie bio gigantesque et familiale, une cantine qui ne l'est pas moins, un concept store végan, de multiples cours de yoga, des créateurs indépendants, des architectes... Tous partagent à travers commerces et ateliers un art de vivre authentique et une création différente. "Le quartier de l'être que du paraître, ponctue Anselme, un des fondateurs de Ten Belles. On prône le temps long, le contraire de l'esprit start-up." Le même credo pour tous.
>> En photo : Cheyma et Raphaël dans leur tout nouveau concept store végan, derrière un graffiti de leur ami illustrateur Samuel Eckert. Aujourd'hui Demain, Un concept store végan de 200 m2 : épicerie, mode, accessoires, beauté, et café-traiteur.
>> A lire aussi >> La Maison Pernoise dévoile son concept store à Montpellier

Nathalie Baetens

agrandir La librairie La Manoeuvre, et son choix littéraire éclectique

19 - La librairie La Manoeuvre, et son choix littéraire éclectique - La librairie indépendante La Manoeuvre au 58 rue de la Roquette.

Nathalie Baetens

agrandir L'atelier de l'artiste peintre Robin Goldring

20 - L'atelier de l'artiste peintre Robin Goldring - En étage le peintre Robin Goldring explique en toute générosité son processus créatif. Ses toiles qui n'en sont pas, peintes à l'huile sur adhésif, explosent de lumière. Mitoyens, deux jeunes restaurateurs de tableaux se sont associés et se complètent, Maxime, spécialiste des problèmes liés à la structure, Laurence à la peinture : "Pour comprendre les altérations, on étudie les oeuvres, leur contexte, la démarche de l'artiste, on s'associe à des historiens, des radiologues." Autre cour, rue Saint-Sabin, autre ambiance. Vincent Farelly et Jean-Baptiste Martin, restaurateurs du patrimoine, créent des papiers dominotés, imprimés à la planche, comme au XVIIIe siècle. Le papier provient du Moulin du Verger à Angoulême, issu du recyclage de draps anciens, les motifs inspirés de planches académiques sont coloriés à la main. Chez Antoinette Poisson, le temps se dilue dans l'oscillation des feuilles travaillées au pochoir séchant sur un fil.
>> En photo : atelier et peintures de l'artiste Robin Goldring. Artiste, peintre, techniques mixtes. Sur R-V.

Nathalie Baetens

Ailleurs sur le web

Contenu proposé par Taboola

Sur le même thème

Abonnez-vous

Côté Paris

Newsletter Design

Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine les dernières tendances déco design

Services

Commentez cet article

0 commentaire

Retour vers le haut de page