Picasso méditerranéen, l'exposition parisienne à ne pas manquer

Par Marie-Hélène Balivet. Côté Sud N°178 - juin/juillet 2019, publié le
Picasso méditerranéen, l'exposition parisienne à ne pas manquer

Picasso méditerranéen, l'exposition parisienne à ne pas manquer

ADAGP, Paris, Centre Pompidou, Mnam-Cci, Dist, Rmn-Grand Palais/Image Centre Pompidou, Mnam-Cci, Succession Picasso 2019

Berceau d'inspiration et décor intime, la méditerranée fut le territoire picassien par excellence. Une nouvelle exposition à Paris met en perspective la vie et l'oeuvre de l'artiste en étudiant la richesse de son rapport à cet espace géographique. Un lumineux voyage, que Côté Sud est heureux d'accompagner.

C'est le point d'orgue de "Picasso-Méditerranée", hommage magistral rendu à Pablo Picasso depuis le printemps 2017 par de soixante-dix institutions et quarante expositions, dans dix pays méditerranéens. À l'initiative du musée national Picasso-Paris, ce parcours marathon dans la création de l'artiste et dans les lieux qui l'ont inspiré a voulu proposer une expérience inédite et resserrer les liens entre les rives. Il trouve ici une forme de conclusion, dans une exposition qui évoque l'obsession méditerranéenne du créateur.  

Dora Maar, Picasso, plage de Mougins, 1937, Centre Pompidou, Musée national d'art moderne.

Dora Maar, Picasso, plage de Mougins, 1937, Centre Pompidou, Musée national d'art moderne.

ADAGP, Paris, Centre Pompidou, Mnam-Cci, Dist, Rmn-Grand Palais/Image Centre Pompidou, Mnam-Cci, Succession Picasso 2019

S'appuyant sur la richesse des collections muséales, notamment les archives et photographies, ainsi que sur un ensemble d'oeuvres exceptionnelles présentées à Paris pour la première fois, un itinéraire poétique et immersif est recréé. Le visiteur chemine depuis le paysage natal des ports espagnols jusqu'aux ateliers des dernières années en passant par les villégiatures azuréennes et le Midi culminant d'Antibes, Vallauris et Cannes. Grèce antique, Afrique primitive, Catalogne fougueuse, Algérie sensuelle... toutes les "Méditerranée" se croisent dans l'oeuvre de Picasso. De l'Espagne nourricière aux confins africains, celle-ci est empreinte d'un désir d'évasion invitant au voyage. 

>> A lire aussi >> Picasso et Picault, une amitié complice 

Pablo Picasso, Plaque décorée d'un faune musicien, 1948, terre blanche, décor aux engobes, musée national Picasso-Paris.

Pablo Picasso, Plaque décorée d'un faune musicien, 1948, terre blanche, décor aux engobes, musée national Picasso-Paris.

RMN-Grand Palais/Gérard Blot, Succession Picasso 2019

Pablo Picasso, Vieil Homme assis, 1971, huile sur toile, musée national Picasso-Paris.

Pablo Picasso, Vieil Homme assis, 1971, huile sur toile, musée national Picasso-Paris.

RMN-Grand Palais/Mathieu Rabeau, Succession Picasso 2019

Les chemins suivis par l'artiste s'apparentent à une initiation mythologique, qu'il décrivait ainsi : "Si on marquait sur une carte tous les itinéraires par où je suis passé et si on les reliait par un trait, cela figurerait peut-être un minotaure ." Minotaure libéré, Pablo Picasso voyage, réellement ou intérieurement. Sur les routes arides de l'Espagne, la solitude des périodes bleue et rose se teinte d'une métaphysique de l'errance. Sans s'y rendre, il explore spirituellement l'Afrique, puisant dans l'art primitif une inspiration aux marges de l'exorcisme. Durant la Première Guerre mondiale, son voyage à Rome est celui des retrouvailles avec la plénitude de l'Antiquité. La Grèce et ses Cyclades, bien que jamais visitées, demeurent une source vitale, où l'artiste étanche sa soif de la forme pure. Enfin, l'Orient fantasmé, par-delà la mer, offre les mirages renouvelés de l'absolue féminité.  

>> A lire aussi >> Saint-Tropez : 25 façons de redécouvrir la ville côtière 

Pablo Picasso, La Flûte de Pan, 1923, huile sur toile, musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979.

Pablo Picasso, La Flûte de Pan, 1923, huile sur toile, musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979.

RMN-Grand Palais/Adrien Didierjean, Succession Picasso 2019

Berceau d'inspiration, foyer d'énergie, la Méditerranée est aussi décor familier, cadre de vie intime, refuge chéri. À Antibes, Juan-les-Pins ou Cannes, Picasso se baigne, s'entoure d'oiseaux, se passionne pour les courses de taureaux, achète des espadrilles, écume les marchés... Il rend fréquemment visite à son ami Matisse à Nice, l'un des rares peintres à lui inspirer vénération et "fraternité artistique". Méditerranéen jusqu'au bout des ongles, jovial et cabotin, il se met en scène sur la plage avec sa famille et ses amis, invitant photographes et visiteurs à immortaliser ces moments de bonheur. On retrouve cette liberté dans ses oeuvres où des personnages (baigneuses, couples et enfants, acrobates, lutteurs...) se retrouvent devant une même toile de fond : la mer.  

>> A lire aussi >> (Re)découvrez Aix-en-Provence ! 

Pablo Picasso, La Baie de Cannes, 1958, huile sur toile, musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979.

Pablo Picasso, La Baie de Cannes, 1958, huile sur toile, musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979.

RMN-Grand Palais/Mathieu Rabeau, succession Picasso 2019

Pablo Picasso, Corrida au soleil noir, 1946, crayon et encre sur papier décalqué surpierre, épreuve tirée par Fernand Mourlot, musée national Picasso-Paris

Pablo Picasso, Corrida au soleil noir, 1946, crayon et encre sur papier décalqué surpierre, épreuve tirée par Fernand Mourlot, musée national Picasso-Paris

RMN-Grand Palais/Thierry Le Mage, Succession Picasso 2019

L'Éden méditerranéen devient une véritable scène de théâtre en plein air, un espace mental rayonnant qui relie et diffuse toutes les figures de l'imaginaire picassien. "Son oeuvre immense et multiple échappe à toute limitation, absorbe tous les courants mais reste obstinément méditerranéenne malgré ses convulsions, par la naissance et le tempérament de son auteur, ses lieux de séjour, ses obsessions mythiques et sa syntaxe impérieuse", analyse Jean-Leymarie dans Picasso et la Méditerranée, en 1983. Une pérégrination géographique et culturelle pour redécouvrir l'artiste.  

>> A lire aussi >> Un week-end inoubliable à Nice en 35 idées 

Pablo Picasso, Tomette décorée en forme de chouette, 1957, terre rouge, décor aux engobes, musée national Picasso-Paris

Pablo Picasso, Tomette décorée en forme de chouette, 1957, terre rouge, décor aux engobes, musée national Picasso-Paris

RMN-Grand Palais/Béatrice Hatala, Succession Picasso 2019

Affiche de l'exposition "Picasso, Obstinément méditerranéen".

Affiche de l'exposition "Picasso, Obstinément méditerranéen".

SDP

MUSÉE PICASSO-PARIS -- "Picasso, obstinément méditerranéen", jusqu'au 6 octobre 2019. 5, rue de Thorigny, 75003 Paris.  

Ailleurs sur le web

Contenu proposé par Taboola

Ailleurs sur le web

Sur le même thème

Abonnez-vous

Côté Paris

Newsletter Design

Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine les dernières tendances déco design

Services

Commentez cet article

0 commentaire

Retour vers le haut de page