La Grande Épicerie de Paris s'orne de mosaïques sur mesure

publié le

Dessins sur calque tramé pour concevoir le dessin sur kraft à l'échelle réelle.

Nathalie Baetens

La Grande Epicerie de Paris installe sa dernière adresse rue de Passy, face à son double historique Rive gauche. Temple de trouvailles gastronomiques, ce lieu épicurien n'est pas en reste pour la déco. Des artisans ont oeuvré à la création d'un lieu à l'esthétisme incomparable, dont Mathilde Jonquière, mosaïste de talent.

Avec ses 280 m2 de fresques, la mosaïste Mathilde Jonquière réalise un exploit pour la dernière Grande Epicerie de Paris. Les créations de l'artiste ornent les murs de l'espace poissonnerie, boulangerie, pâtisserie et chocolaterie du Grand Magasin. Après avoir oeuvré sur des mosaïques classiques de la boutique Rue de Sèvres, Mathilde Jonquière laisse aller sa fantaisie colorée Rive droite. Retour sur une création sur mesure dans son atelier. 

Rien n'est trop beau, trop grand, trop bon pour ce temple de la gastronomie version Rive droite, installé dans l'ancien immeuble Art déco de Franck et Fils qui appartenait déjà au groupe LVMH. La Grande Épicerie de Paris du Bon Marché Rive Gauche se dédouble, ou justement se double rue de Passy. Presque 3 000 m2 de sollicitation des sens, cent quatre-vingts passionnés qui s'ajoutent aux quatre cent cinquante-cinq collaborateurs du VIe arrondissement et à la brigade de soixante-huit artisans, treize apprentis, trois chefs menés par un directeur de la gastronomie dans le laboratoire de 1 800 mètres en sous-sol.  

Sur quatre étages, on s'attarde sur la place du marché, où les légumes au garde-à-vous exposent leur fraîcheur. On hallucine devant la "chipsothèque" de cent variétés de pétales croustillantes. On anticipe les fêtes à venir en longeant les quarante mètres de l'allée des mille cinq cents vins, des cent champagnes et cent cinquante bières. Enfin une bière au gingembre ! On reste sans voix face aux murs de trois cent cinquante confitures, idem pour les tablettes de chocolat, les cent cinquante huiles d'olive.  

>> A lire aussi >> Le Canal Saint-Martin : un microcosme au coeur de Paris 

Dans ces records de chiffres, qui s'accordent à une quête d'authenticité sans concession, à l'excellence des savoir-faire artisanaux, à la traçabilité des terroirs, aux méthodes d'élevage ou de culture, les Entreprises du Patrimoine Vivant ne sont pas en reste ! Tout le mobilier a été conçu sur mesure, prismes de verres cristallins de la coupole, briques de la cave voûtée, pierre de Bourgogne au sol... Mathilde Jonquière, mosaïste, détient certainement le record : quatre fresques murales de 80 m2 subliment l'étal du poissonnier, les espaces de la boulangerie et de la pâtisserie et entourent la "tablettothèque" de chocolats rares. Des centaines de milliers de petites pièces rondes, carrées, rectangulaires, oblongues, de pâte de verre, de grès cérame, d'émaux, de tesselles d'or de Venise, ont été découpées à la main dans son atelier de la Goutte-d'Or.  

Les mats s'opposent aux brillants, les couleurs résonnent en complémentaire et le banc de poissons se met à danser, le saint-honoré à tournoyer, les épis de blé à ployer. Presque six mois de travail pour ces tableaux vibrants. Mathilde Jonquière évoque l'art cinétique, décrit son procédé qui l'amène à faire le grand saut "créatif" entre la demande du client toujours figurative et son interprétation qu'elle tire vers l'abstraction, dans un rapport d'échelle entre l'infiniment petit des carreaux et la dimension de ses réalisations. De sa formation d'architecte d'intérieur à Camondo, elle garde cette vision à vol d'oiseau, cette compréhension de l'espace, cette dimension de coloriste qui lui permet de transposer un dessin réalisé à l'aquarelle, très pointilliste, à celui en grandeur réelle. 

>> A lire aussi >> L'univers marin de l'artiste Marie Bathellier 

"Comme Michel-Ange ! Non, je plaisante, je quadrille mon dessin, puis il est imprimé à l'envers sur kraft. J'avais déjà réalisé des muraux très ton sur ton pour la Grande Épicerie Rive Gauche. Pour la Rive Droite, la création est culottée. Du fluo dans la tarte au citron, du bleu électrique dans les écailles et jusqu'à l'abstraction pour les chocolats. J'ai repris la grille de Mallet-Stevens. Je sors la mosaïque des périodes byzantines et vénitiennes pour la rendre contemporaine." Une amie écrivaine Maylis de Kerangal renchérit "Mathilde inscrit la poésie dans ce conglomérat de matières. Avec ses mosaïques enchanteresses, elle émancipe l'art de la mosaïque de ses affections premières - décorer, orner, embellir - pour défricher un nouveau territoire de création." En osmose avec Le Bon Marché qui élève la nourriture en art de se nourrir. 

>> MATHILDE JONQUIÈRE -- Tél. 06 72 82 05 77. mathildejonquiere.fr 

Ailleurs sur le web

Contenu proposé par Taboola

En vidéos

постельные принадлежности киев

полотенца купить киев

казино в интернете