Guide d'achat : comment choisir sa véranda ?

publié le , mis à jour le

Guide d'achat : comment choisir sa véranda ?

Alexandre Réty

Une véranda dans laquelle il fait bon vivre : le projet fait rêver nombre de propriétaires désireux de gagner de la surface habitable et de profiter d'une pièce gorgée de soleil. Démarches administratives, matériaux, isolation ou budget... Tous nos conseils pour ajouter une pièce en à son habitat.

La véranda a la cote : de 80 000 extensions sont construites chaque année en France, selon une étude réalisée par BatiEtude pour le SNFA (l'organisation professionnelle représentative des concepteurs, fabricants et installateurs spécialisés dans les menuiseries extérieures réalisées en profilés aluminium), auprès de 400 particuliers dont la véranda a été installée entre 2008 et 2012. Avec un coût moyen de 24 000 euros, la construction d'une véranda est un investissement qui demande réflexion. Suivez le guide. 

>> A lire aussi >> 10 vérandas qui font rêver 

Quelles démarches prévoir pour installer une véranda ?

Jusqu'à 40 m2 de surface, vous devrez simplement obtenir une autorisation de travaux, sous réserve que la future surface habitable de la maison ne dépasse pas 170 m2. Des démarches qui ont été simplifiées récemment comme le précise Jean-Luc Marchand, porte-parole d'Aluminium & Architecture, ce qui a contribué à booster le nombre de nouvelles demandes. "Avant, vous deviez vous renseigner auprès de votre mairie sur le Coefficient d'Occupation des Sols afin de savoir si vous aviez le droit d'entamer un tel projet. Désormais, il faut juste respecter le Plan Local d'Urbanisme de votre ville, soit des règles d'implantation par rapport au voisinage et à votre zone d'habitation", précise-t-il.  

Au-delà de 170 m2 de surface totale ou si votre véranda excède 40 m2, vous devrez néanmoins déposer un permis de construire (prévoir au moins un mois d'attente) et vous adresser à un architecte. Pratique : certains vérandalistes comme Vérand'Art peuvent se charger des formalités à votre place.  

Notre conseil : en souscrivant une assurance "dommage ouvrage", en cas d'éventuel litige avec votre prestataire, c'est la compagnie d'assurance qui s'occupera de tout.  

A lire aussi >> Une véranda réussie : les 11 questions à se poser 

La construction d'une véranda : au cas par cas

Isolation, équipement, chauffage... Vous n'allez pas construire la même véranda selon que vous souhaitez l'utiliser toute l'année ou simplement au printemps et en été, comme ce fut longtemps le cas. Et Jean-Luc Marchand, d'insister : "pour une véranda utilisable toute l'année, il vous faudra absolument une dalle adaptée à recevoir une extension et bien isolée, ce qui implique la plupart du temps des travaux de maçonnerie". Une bonne exposition optimisera également les performances de votre véranda. A condition d'avoir le choix (il n'y a souvent qu'un endroit où cela est possible), on privilégiera une orientation sud-est dans les régions méridionales, et sud-ouest dans les régions traditionnellement fraîches, situées au Nord.  

De même, vous n'aurez pas les mêmes attentes pour une véranda piscine ou spa dans laquelle vous aurez besoin d'avoir bien chaud, que pour une véranda cuisine ou salon. "C'est pour cela que nous faisons une étude personnalisée qui intègre non seulement des éléments liés au climat local, mais aussi les attentes des clients", précise Elisabeth Moret, directrice Marketing et Communication chez Vérand'art.  

Véranda : trouver le bon prestataire

Il est possible de trouver en grandes surfaces de bricolage, des vérandas en kit qui s'apparentent davantage aux anciens jardins d'hiver, offrent des niveaux de confort et d'équipements moindres et sont en outre à réserver aux bricoleurs avertis.  

Pour un projet de cette envergure, il est conseillé de faire appel à un professionnel de la véranda. Privilégiez une société proche de chez vous (important en cas de SAV) et n'hésitez pas à prendre des garanties. Faites ieurs devis pour comparer les prix et visitez les show-rooms des marques si elles en ont. Certaines sociétés proposent également de vous rendre chez des particuliers pour juger de leurs réalisations, ou de visiter leur atelier de fabrication si elles fabriquent elles-mêmes. Si le prestataire dispose de la qualification Qualibat 9141 (société qui fournit et pose) ou 9142 (société qui fabrique et pose), vous serez sûr qu'il respecte toutes les règles professionnelles pour la construction d'une véranda, qu'il s'inscrit dans une démarche qualité globale et bien sûr qu'il est à jour de ses cotisations d'assurance décennale, ce qui vous protège en cas de malfaçons. "La société Verand'Art est certifiée Qualibat mais aussi RGE (Reconnue Garant Environnement), souligne Elisabeth Moret. Ce label atteste des compétences et de la qualité des prestations du fabricant en matière de performances énergétiques, ce qui est essentiel pour une véranda".  

Quel matériau pour ma véranda ?

D'un point de vue esthétique, il est conseillé d'harmoniser le matériau au style de sa maison, mais vous n'aurez pas forcément le choix des matériaux. La plupart des sites classés ou protégés imposent des vérandas en acier, tandis qu'en montagne, les Architectes des Bâtiments de France conseillent fortement l'utilisation du bois. Avant tout projet, renseignez-vous auprès de votre commune. 

L'aluminium reste le matériau phare puisqu'il équipe près de 95 % des vérandas. Jean-Luc Marchand nous en rappelle les atouts : "C'est un matériau léger et très résistant, parfaitement adapté à ce type de petites ossatures. Grâce aux techniques de thermolaquage, il permet de proposer une grande multiplicité de formes et de couleurs s'harmonisant ainsi à tous les styles de maisons. Enfin, il se révèle facile à entretenir et esthétique, avec un bon rapport qualité prix". Attention néanmoins lors de la réalisation à ce que votre prestataire utilise bien des profilés à rupture de pont thermique car ce matériau est conducteur de froid comme de chaleur. Une barrette isolante est placée entre la face interne et externe de chaque profilé afin qu'aucun élément intérieur en aluminium ne soit jamais en avec un élément extérieur, de façon à éviter toute perte de chaleur.  

Si vous aimez le naturel et le côté chaleureux du bois, vous privilégierez des vérandas à ossature et charpente bois (en pin du Nord, Chêne, iroko, épicéa, douglas...) assorties d'ouvrants et de coulissants en aluminium. Les vérandas 100 % bois existent aussi, mais sont, plutôt l'oeuvre d'artisans locaux. Le prix de ces vérandas en bois est supérieur à celui des vérandas en aluminium, mais votre véranda présentera des performances accrues en termes d'isolation. 

Reste enfin, le cachet tout particulier des réalisations en acier ou en fer forgé. Un charme qui a un coût, notamment en raison des nombreux traitements de surface nécessaires pour que ces vérandas résistent au temps qui passe. Fabriquées de façon artisanale par des ferronniers d'art, ces vérandas ne rouillent et offrent désormais une résistance mécanique à toute épreuve.  

Quelle toiture pour ma véranda ?

"Il faut savoir que la toiture est la zone sensible de la véranda, explique Elisabeth Moret. Parce que c'est par le toit que s'échappe une grande partie de la chaleur et que c'est aussi la zone la exposée au rayonnement du soleil. Elle demande donc une attention particulière". Si vous misez avant tout sur la luminosité, vous pouvez opter pour un toit tout en verre avec un vitrage à isolation renforcée. Pour juger du pouvoir isolant de la véranda, on prend en compte le coefficient Ug (qui indique la quantité de chaleur passant en une heure à travers 1m2 d'un élément de construction). Plus le chiffre est petit (autour de 1 ou de 1,1), meilleure est l'isolation. Pour que cette véranda puits de lumière reste confortable, même en période de forte chaleur, il faudra aussi que le vitrage intègre une fonction contrôle solaire (là encore, le pourcentage est petit, meilleure est la protection solaire) ou équiper la véranda de volets ou de stores extérieurs.  

Autre possibilité, pour une isolation renforcée, le toit sera composé d'un mix de vitrages et de panneaux pleins (revêtus d'aluminium laqué). Cette solution facilite la gestion des apports solaires tout en conservant une bonne luminosité via les parties vitrées avec aussi une incidence sur la facture : le verre étant cher que les panneaux, cette véranda sera moins chère qu'un modèle au toit 100 % verre.  

Enfin, depuis les années 2000, on a vu arriver les vérandas à toit plat, qui remportent un vrai succès et donnent un aspect très contemporain à la réalisation. Un effet de mode, mais pas que, selon Jean-Luc Marchand : "ces vérandas à toit plat en composite bénéficient de bonnes performances en termes d'isolation et permettent d'avoir la même hauteur sur toute la véranda, ce qui est pratique et fonctionnel". Ensuite, on peut encore gagner en hauteur en ajoutant des dômes vitrés en U ou des puits de lumière.  

Les vitrages de façades de ma véranda

En façade, on choisira un double vitrage à isolation thermique renforcée qui laissera davantage passer la lumière. Le vitrage doit aussi être adapté à la région et à l'orientation, selon Elisabeth Moret : "plein Nord, on sélectionnera un verre avec un facteur solaire moins important pour laisser passer la lumière. Et inversement plein Sud". Enfin, pour optimiser la transmission lumineuse, on peut conseiller l'usage de vitrages dits autonettoyants qui réduisent l'encrassement.  

Un chauffage pour utiliser sa véranda toute l'année

Vous pourrez utiliser cette véranda toute l'année à condition de l'avoir équipée d'un chauffage ou d'une climatisation réversible qui permet de la maintenir à bonne température. Du radiateur d'appoint gourmand en énergie au radiateur relié au système de la maison ou encore au poêle à bois pour une solution respectueuse de l'environnement, il existe diverses solutions pour chauffer la véranda. La solution la économique à l'usage, bien que onéreuse à installer, est sans conteste le plancher chauffant à basse température qui s'installe sur la dalle de béton (à prévoir dès le départ) et qui est relié à une pompe à chaleur.  

Quel prix pour ma véranda ?

Il est très difficile de parler de prix tant ces derniers varient en fonction des équipements, de la complexité du projet, des matériaux ou du choix des vitrages et toitures. Pour une véranda en aluminium pourvue des équipements de base, comptez au minimum 1000 euros du m2. Pour une véranda haut de gamme très bien isolée, prévoyez 1500 à 1800 euros le m2, le tout sans la maçonnerie ni le chauffage. Si vous optez pour du bois, la facture grimpe encore (2000 euros le m2).  

Ailleurs sur le web

Contenu proposé par Taboola

En vidéos

https://imagmagnetsns.ua

www.gas-energy.com.ua/ustanovka-gbo-4-pokolenie.html

101binaryoptions.com/binary-options-with-bitcoin/