Un deux-pièces lyonnais s'épanouit avec une cuisine ouverte

Par Salomé Giraudet, publié le

En architecture d'intérieur, il n'est pas rare de voir tout un projet s'articuler autour d'un point central. Un élément de réflexion sur lequel repose non seulement le plan du futur foyer, mais qui cristallise également son essence profonde. Justement, il n'aura pas fallu bien longtemps à l'architecte d'intérieur Anouck Charbonnier pour comprendre quel serait le coeur névralgique de son nouveau chantier. Les jeunes propriétaires de ce deux-pièces basé dans le 5e arrondissement de Lyon officient tous deux en cuisine, et ne pouvaient donc imaginer leur lieu de vie sans un espace digne de ce nom. Problème, le 52 m2 en question ne présentait qu'une petite cuisine fermée et un espace de réception qu'étriqué. Un profond décloisonnement était à prévoir pour satisfaire leur besoin vital d'espace, mais également sublimer la belle luminosité du logement.

Respectivement chef cuisinier et pâtissière de formation, les nouveaux propriétaires de ce 52 m2 lyonnais avaient naturellement besoin d'une cuisine à la hauteur de leur ambition. Autant dire qu'une petite pièce technique, isolée loin des espaces de vie, ne correspondait pas vraiment à ce qu'ils s'étaient imaginés sur le papier... La cuisine fermée n'était pas le seul défaut de l'appartement fraîchement acquis puisque de nombreux mètres carrés étaient perdus ici et là. Un couloir desservant toutes les pièces, et une alcôve creusée dans la chambre posaient notamment problème pour l'agencement. Mais face à la vue dégagée sur la Saône, le couple n'a pu résister au charme du deux-pièces. Repenser l'ensemble du plan était toutefois nécessaire pour obtenir la cuisine ouverte tant désirée. , architecte d'intérieur en charge du projet, a donc déposé toutes les cloisons non porteuses du deux-pièces afin de switcher les espaces. Une rénovation qui risque d'en inspirer d'un.
-
>> Le projet de rénovation en bref >> Le lieu : Lyon, 5e arrondissement (69). La surface : 52 m2. La durée des travaux : 2 mois et demi. Le budget : 45 000 euros. L'idée : remanier complètement le deux-pièces en déplaçant les espaces, créer une cuisine ouverte sur le séjour, décloisonner pour favoriser le passage de la lumière et permettre une décoration résolument green.
-
>> A découvrir >> Un intérieur pensé comme un jardin

agrandir Une refonte totale du deux-pièces lyonnais

1 - Une refonte totale du deux-pièces lyonnais - Investir à Lyon était avant tout une manière de renouer avec leurs racines pour les jeunes propriétaires de ce deux-pièces. Il faut dire que le couple s'était exilé dans le Sud durant quelques années pour des raisons professionnelles, mais souhaitait revenir dans leur région d'origine dès que possible. Autant dire qu'un appartement niché dans le quartier historique de Saint-Jean et offrant un panorama inédit sur la Saône ne pouvait que satisfaire ces amoureux de la Capitale des Gaules. Mais si le 52 m2 profitait d'une belle situation géographique, il ne semblait pas adapté au mode de vie actuel. Le bien manquait réellement de fonctionnalité avec sa succession de petites pièces en enfilade. Résultat, il était impossible de se rendre compte du volume à disposition, le regard étant constamment confronté à des cloisons. Une configuration typique des années 40 - décennie de construction de l'immeuble - qui risquait d'handicaper le quotidien des habitants. Les nouveaux propriétaires avaient conscience qu'un réel potentiel se cachait sous cette enveloppe un peu passée, mais ne savaient pas comment s'y prendre... Ils ont donc missionné Anouck Charbonnier au moment de signer le compromis de vente. L'architecte d'intérieur a rapidement identifié les points noirs de l'appartement pour proposer une lecture moderne de l'agencement.
-
>> A découvrir >> Les clés d'une rénovation réussie

Sabine Serrad pour Anouck Charbonnier

agrandir Créer une impression d'espace dans un 52 m2

2 - Créer une impression d'espace dans un 52 m2 - Repenser l'ensemble du plan était indispensable aux yeux de l'architecte d'intérieur Anouck Charbonnier ; en particulier car la distribution d'origine manquait de logique avec son séjour isolé côté rue et ces pièces d'eau sur cour complètement étriquées. La plupart des cloisons non porteuses ont naturellement volé en éclats au cours du chantier, offrant un grand plateau décloisonné pour modeler l'espace de vie principal. Les pièces de jour ont ainsi basculé côté cour pour profiter de la grande surface à disposition, pas moins de 38 m2 ensoleillés. "Le plan était encombré de cloisons lorsque j'ai découvert les lieux, se souvient Anouck Charbonnier, si bien que le 52 m2 semblait beaucoup petit qu'en réalité. Il n'y avait pas non d'entrée à proprement parlé car on pénétrait directement dans un long couloir borgne bardé de portes." L'absence de lumière naturelle dès l'entrée ne rendait pas l'appartement très accueillant - d'où le choix de déposer la séparation entre le sas et l'espace de vie dans le nouveau dessin des lieux. Ouvrir au maximum le plateau permettait notamment de créer une impression d'espace grâce au regain de luminosité.
-
>> A lire également >> Avant/après : 6 couloirs passent du tout au tout

Sabine Serrad pour Anouck Charbonnier

agrandir Avant les travaux : une cuisine isolée dans un petite pièce

3 - Avant les travaux : une cuisine isolée dans un petite pièce - Les constructions des années 40 ont des prestations bien différentes des logements actuels. Ainsi il est quasiment impossible d'y trouver une cuisine ouverte, tant cette configuration semblait inconcevable au siècle dernier. La cuisine avait autrefois un rôle purement technique et ne devait se montrer au regard des invités sous aucun prétexte. D'où un placement loin des espaces de vie, dans des pièces aux mètres carrés limités. Cet appartement lyonnais était donc un bon exemple d'un plan "à l'ancienne" avec sa cuisine coincée à l'orée de l'entrée. Isolée côté cour, dans une pièce tout en longueur, elle avait des faux airs de couloir. Inutile de préciser que l'unique fenêtre qui alimentait la surface ne convenait pas aux propriétaires qui rêvaient d'une cuisine baignée de lumière. Les meubles plutôt récents n'offraient pas non la surface nécessaire pour élaborer plats et pâtisseries d'experts.
-
>> A lire aussi >> Aménager un mur en longueur : 10 exemples de pro

Anouck Charbonnier

agrandir La cuisine, point de ralliement du nouvel appartement

4 - La cuisine, point de ralliement du nouvel appartement - Soigner la cuisine dans les moindres détails était essentiel pour notre couple de lyonnais qui considère naturellement cette pièce comme l'âme de l'habitation - n'oublions pas qu'ils exercent tous les deux dans la branche culinaire. Autant dire que sa silhouette et son placement ont dicté toutes les lignes du futur appartement. Le décloisonnement fut justement pensé pour l'inviter dans le plateau central de 38 m2. Autrefois accolée à l'entrée, la cuisine s'est avancée de quelques mètres pour s'imposer au coeur du plan, un positionnement qui en dit long sur son rôle au sein de l'appartement. Surtout, un maximum d'ouvertures ont été récupérées pour favoriser la clarté : la fenêtre de l'ancienne cuisine fut rapatriée dans l'espace principal, privant la petite pièce près de l'entrée de lumière. Un parti-pris complètement assumé par le couple pour qui la cuisine doit primer sur le reste. Avec trois percées sur une cour exposée Ouest, la pièce s'est offert un véritable bain de lumière.
-
>> A découvrir >> Ma cuisine est trop petite : comment trouver de la place en ?

Sabine Serrad pour Anouck Charbonnier

agrandir Habiter l'espace avec un îlot multifonction

5 - Habiter l'espace avec un îlot multifonction - "Nous avons étudié ieurs propositions variées avant de trouver l'implantation idéale pour la cuisine. L'agencement final est un mélange de différents plans, marié aux demandes spécifiques du couple", affirme l'architecte d'intérieur. Ce projet de rénovation incarne parfaitement tout le défi que représente une cuisine ouverte, à savoir conjuguer la performance technique à l'aspect esthétique pour que le mobilier se glisse aisément dans le décor d'un séjour. Et puisque les propriétaires aiment cuisiner, ils aiment tout autant faire déguster leurs créations à leurs proches. Insérer un îlot dans le deux-pièces était un moyen de répondre à ces deux besoins distincts. Ainsi l'aménagement offre une belle surface pour s'éparpiller tandis qu'un léger débord le transforme en bar. L'îlot est rapidement devenu le carrefour de l'appartement, lui qui concentre les activités du foyer. "Il était également important d'habiter le centre du plateau, pour éviter la sensation de couloir que des mètres carrés vides peuvent produire. Une cuisine entièrement installée contre un mur n'aurait pas été adaptée dans ce cas de figure" : d'où le positionnement d'un îlot, qui permet de meubler la surface sans pour autant casser la circulation au sein du 52 m2.
-
>> A lire également >> S'attabler avec style autour de l'îlot central

Sabine Serrad pour Anouck Charbonnier

agrandir La couleur comme fil conducteur

6 - La couleur comme fil conducteur - Avec un espace de vie aussi décloisonné, mieux vaut conserver une certaine continuité entre les différentes fonctions présentes. En termes d'esthétique, Anouck Charbonnier a opté pour une palette naturelle qui enveloppe tout le plateau principal. L'idée étant de souligner le volume global par une décoration cohérente. Le vert-de-gris, choisi pour le soubassement des murs, joue le rôle de guide entre l'entrée et les espaces de vie. Le regard est ainsi guidé par ce fil coloré qui crée des perspectives au sein du deux-pièces. Un gros travail fut également réalisé pour redéfinir des espaces individuels au sein d'un ensemble : au sol, les anciennes cloisons sont identifiables par la différence de revêtements. La cuisine siège aujourd'hui dans l'ancienne salle de bains, où le parquet était inexistant. Des dalles en grès imitant à merveille la pierre ont permis de dessiner une frontière entre la cuisine et le reste de la pièce. Preuve que des aménagements bien pensés permettent de délimiter sans cloisonner.

Sabine Serrad pour Anouck Charbonnier

agrandir Un travail minutieux autour de l'éclairage

7 - Un travail minutieux autour de l'éclairage - Notre architecte d'intérieur a également usé de stratagèmes pour démarquer les espaces sans utiliser une verrière ou tout autre moyen de cloisonnement... et au passage repenser l'éclairage du 52 m2. "On oublie souvent qu'une cuisine ouverte nécessite de travailler différemment l'éclairage. Il faut découper l'espace en "zones" lumineuses pour respecter les besoins spécifiques à chaque recoin. Par exemple, le séjour préfère les ambiances tamisées, il faut donc pouvoir éteindre la cuisine en soirée." En somme, l'éclairage doit suivre le parcours des habitants au fil de la journée. Un faux plafond de 20 cm fut donc façonné pour permettre de moduler la luminosité de la pièce - avec un plafond d'origine frôlant les 2,90 mètres de haut, nulle crainte de perdre la hauteur des lieux. Le faux plafond court uniquement au-dessus de la cuisine et dans l'entrée et permet ainsi de mettre en relief l'indépendance de ses espaces face au séjour.
-
>> A voir également >> Comment délimiter les espaces de vie d'une pièce ?

Sabine Serrad pour Anouck Charbonnier

agrandir Avant les travaux : une alcôve sans réelle fonction

8 - Avant les travaux : une alcôve sans réelle fonction - Le deux-pièces d'origine proposait un agencement à l'ancienne, où le séjour de seulement 13 m2 donnait sur la rue tandis que la partie nuit s'installait côté cour. Pour offrir la cuisine ouverte dont le couple rêvait, il était impossible de conserver la distribution intacte. Un mur porteur entre la chambre et le salon empêchait toutefois de toucher aux volumes respectifs. Les deux pièces ont donc switché leur place, permettant au nouvel espace de vie d'obtenir un maximum de mètres carrés. La surface de l'alcôve fut ainsi récupérée pour imaginer un coin salon confortable dans le plateau central de l'appartement.

Anouck Charbonnier

agrandir Ambiance jungle urbaine dans le séjour du 52 m2

9 - Ambiance jungle urbaine dans le séjour du 52 m2 - L'esprit "green" du cocon lyonnais n'est pas uniquement lié au vert-de-gris qui court sur les murs. La propriétaire étant passionnée de botanique, elle souhaitait avant tout un décor épuré et des recoins libres pour glisser une brassée de plantes vertes. L'idée étant de modeler un jardin intérieur en multipliant les variétés. Un angle nu, un rebord de fenêtre, un espace près du canapé, sont autant de supports d'exposition où elle exprime aujourd'hui sa passion. Les encadrements des ouvertures furent justement travaillés à cet effet, avec des coffrages sur mesure qui créent un débord pour apposer des pots, là où la végétation profite d'une lumière inédite. Une atmosphère de "jungle urbaine" accentuée par du mobilier en bois et des nuances organiques déclinées de manière homogène. Preuve qu'il suffit parfois de peu de chose pour insuffler de la vie son intérieur, et ce même avec un budget limité.
-
>> A lire aussi >> Plantes suspendues : 15 inspirations pour un coin nature

Sabine Serrad pour Anouck Charbonnier

agrandir L'ancien et le contemporain dialoguent après rénovation

10 - L'ancien et le contemporain dialoguent après rénovation - Impossible de faire l'impasse sur la question des rangements lorsque l'on opère une rénovation aussi profonde. La dépose des cloisons a permis d'augmenter visuellement le volume du deux-pièces, mais aussi la surface réelle : les mètres carrés récupérés par la suppression des murs ont trouvé une nouvelle utilité. Un grand placard de stockage fut ainsi imaginé entre l'espace de vie et la chambre, déplacée dans l'ancien salon de 13 m2. Façonné sur mesure, sa silhouette contemporaine contraste avec l'esprit ancien du rangement intégré qui lui fait face. Certains témoignages anciens comme les placards ouvragés furent conservés ici et là. Le parquet en chêne a ainsi monopolisé une partie des travaux, pour retrouver sa splendeur d'origine après un mauvais entretien et des dégâts des eaux.
-
>> A voir aussi >> 15 idées d'aménagement à piquer illico aux archi !

Sabine Serrad pour Anouck Charbonnier

agrandir Une petite salle de bains tout de blanc vêtue

11 - Une petite salle de bains tout de blanc vêtue - "Les propriétaires ont tout de suite précisé qu'une salle de bains réduite n'était pas un problème pour eux, commente Anouck Charbonnier. Ils voulaient réellement mettre le paquet sur la cuisine ouverte et n'ont pas vu d'un mauvais oeil l'idée d'une pièce d'eau aveugle." La salle de bains s'est nichée à l'emplacement de l'ancienne cuisine mais a perdu dans la transformation, la petite fenêtre dont bénéficiait auparavant la pièce - l'ouverture en question fut rapatriée dans l'espace de vie pour maximiser la clarté. On comprend donc aisément pourquoi une esthétique sobre fut choisie dans cette nouvelle pièce d'eau. Les couleurs claires permettaient de palier au défaut de lumière tout en insufflant une ambiance zen. "Nous avons utilisé le même sol en grès que dans la cuisine, car dans une surface limitée on harmonise au maximum les revêtements pour repousser les limites." La pièce fut travaillée autour d'une estrade qui dissimule la partie technique, dont les évacuations. Or une différence de niveaux comme celle-ci permet aussi de moduler le volume, créant une impression d'espace dans un lot restreint. Un rangement intégré au-dessus des WC a ensuite dérobé au regard le cumulus de l'appartement.
-
>> A découvrir >> Comment créer une pièce en second jour ?

Sabine Serrad pour Anouck Charbonnier

agrandir La fonctionnalité est de mise dans la pièce d'eau

12 - La fonctionnalité est de mise dans la pièce d'eau - Avec des mètres carrés aussi limités, mieux vaut étudier chaque recoin avant d'agencer la salle de bains. Ici, l'architecte d'intérieur a joué avec les profondeurs pour caler tout le nécessaire du quotidien. Un ancien conduit de cheminée a ainsi permis d'insérer la machine à laver dans le prolongement du meuble vasque, et ce sans empiéter sur la circulation de la salle de bains. Nichée dans l'aménagement sur mesure, la machine est encastrée dans un renfoncement invisible lorsque la porte est fermée. Une bonne astuce pour tirer parti des aspérités d'un logement.
-
>> A lire également >> Plus de 40 belles salles de bains qui optimisent l'espace

Sabine Serrad pour Anouck Charbonnier

agrandir La distribution du deux-pièces avant les travaux

13 - La distribution du deux-pièces avant les travaux - Le plan d'origine du 52 m2 manquait de fonctionnalité avec son salon installé à l'extrême opposé de la cuisine.

Anouck Charbonnier

agrandir L'architecte d'intérieur a esquissé un plan décloisonné du deux-pièces

14 - L'architecte d'intérieur a esquissé un plan décloisonné du deux-pièces - La nouvelle configuration place l'espace de vie au coeur de l'appartement et agence les espaces appelés "secondaires" dans les pièces restantes.
-
>> A lire aussi >> Plan de maison : 11 projets d'architecte pour trouver l'inspiration

Anouck Charbonnier

Ailleurs sur le web

Contenu proposé par Taboola

Sur le même thème

Abonnez-vous

Côté Est

Newsletter CôtéMaison

Recevez quotidiennement le meilleur de l'actu déco de Côté Maison

Services

Commentez cet article

0 commentaire

Retour vers le haut de page