Un repaire familial niché dans une ancienne ferme près d'Annecy

Par Salomé Giraudet, publié le

C'est une maison pensée comme un port d'attache, où chaque recoin a été magnifié par l'architecte d'intérieur Valérie Isaac. Entre les murs de cette ancienne ferme de 1850 - située à seulement quelques kilomètres d'Annecy - rien ne vient rompre l'atmosphère douillette qui règne dans chacune des pièces. La bâtisse était pourtant loin de ressembler à un cocon familial au moment de son acquisition, il y a déjà six ans. Le lieu n'avait pas bougé depuis les années 50, décennie durant laquelle les étables et écuries furent transformées en habitation lambda. Autant dire que la propriété n'avait rien conservé de son charme 19e. Si retrouver un peu d'authenticité était nécessaire, la rénovation fut aussi l'occasion d'apporter des lignes modernes à la ferme.

Certaines rénovations se distinguent par l'aventure qu'elles incarnent. Et de fait, la réhabilitation de cette ancienne ferme savoyarde était un véritable projet de vie pour Valérie Isaac et sa famille. Il fallait bien un peu de folie pour endosser un tel défi. En pariant sur ce 160 m2, l'architecte d'intérieur s'est lancée dans un chantier de six ans. Les lieux n'avaient pas été remaniés depuis les 50's et le béton, très utilisé durant ces années, recouvrait la plupart des vestiges de la ferme. Ressusciter le cachet d'antan était toutefois indispensable aux yeux de notre experte, voilà pourquoi elle s'est entourée des Architectes des Bâtiments de France et de La Fondation du Patrimoine. Une collaboration étroite qui a permis de restaurer le profil de la bâtisse avec des matériaux de qualité comme la pierre, le chanvre, le bois ou la chaux. Les matières anciennes et les contraintes du label Patrimoine n'ont pas empêché Valérie Isaac d'imaginer un intérieur contemporain aux lignes épurées. Une visite inspirante que jamais.
-
>> Le projet de rénovation en bref >> Le lieu : En Haute-Savoie, à 6 km d'Annecy (74). La surface : 160 m2. La durée des travaux : environ six ans. L'idée : aménager une maison de famille dans une ancienne ferme de 1850, retrouver le cachet d'origine sans pour autant restaurer le lieu complètement à l'ancienne, insuffler une atmosphère moderne en jouant sur le contraste ancien/contemporain.
-
>> Valérie Isaac, architecte d'intérieur, Valeriedeco.pro
-
>> A découvrir >> Une vraie maison de campagne à quelques kilomètres de Paris

agrandir Un projet de rénovation hors du commun

1 - Un projet de rénovation hors du commun - Tomber amoureuse d'une vieille bâtisse n'était pas vraiment une surprise pour Valérie Isaac. L'architecte d'intérieur a toujours eu un penchant pour les bâtiments d'antan et surtout les différents challenges que soulèvent leurs restaurations. Autant dire que cette ancienne ferme de 1850, laissée dans son jus depuis des décennies, était un chantier taillé sur mesure pour la professionnelle. Très vite, elle esquisse les lignes du futur cocon pour sa petite famille. Ni le lambris vétuste qui recouvrait les murs, ni les appentis en béton, n'ont eu raison de sa motivation. Et pour ranimer l'âme de la maison, toute la fratrie était prête à patienter... pas moins de six années ! Car entre les exigences du label Patrimoine, les enjeux techniques et les contraintes financières, la rénovation ne pouvait aller vite. "Le chantier s'est étendu sur des années et a ponctué notre vie de famille, commente Valérie Isaac. Nous nous sommes tous investis sur ce projet, les enfants ont même grandi avec... l'élaboration de cette maison cristallise beaucoup de bons souvenirs."
-
>> A lire également >> Un ancien relai de poste devient cocon familial

Maudit Salaud

agrandir Mission démolition pour cette bâtisse de 160 m2

2 - Mission démolition pour cette bâtisse de 160 m2 - Restructuration rime souvent avec démolition. En l'occurrence, la première étape du chantier consistait à désosser la majeure partie de la maison. L'architecte d'intérieur avait déjà en tête le futur plan du repaire familial et n'a pas hésité à déconstruire entièrement la configuration d'origine. Toutes les cloisons internes ont disparu, notamment car la plupart n'étaient en bon état. Les appentis en béton - construits au moment de la transformation de la ferme en habitation - ont volé en éclats. Ces vestiges des années 50 ne faisaient qu'entacher le profil de la propriété. Une démolition radicale qui a sonné le glas de l'ancienne habitation au profit d'un nouveau lieu de vie, respectueux des origines.
-
>> A voir aussi >> Plan de maison : 11 projets d'architecte pour trouver l'inspiration

Valérie Isaac

agrandir Des volumes généreux réinventent le profil de la maison

3 - Des volumes généreux réinventent le profil de la maison - L'extérieur de la maison fut pensé selon les codes des anciennes fermes. Ainsi les petites ouvertures typiques du 19e n'ont pas été agrandies, seuls les châssis ont été modernisés. Un Velux© fut simplement ajouté pour illuminer la cuisine dînatoire. Comme le souhaitaient Valérie Isaac et les Architectes des Bâtiments de France, la façade a retrouvé un profil ancien : la maison reste basse et s'étend sur la longueur comme les écuries d'origine. La surprise est donc d'autant grande lorsque l'on pénètre à l'intérieur. Une fois passé la petite porte vitrée, un grand volume de 65 m2 s'offre au regard. "L'idée n'était pas d'imaginer une maison comme à l'époque, mais bien de créer du contraste entre l'ancien et le contemporain. Les volumes entièrement ouverts réinventent la structure, l'inscrivant dans l'ère du temps", explique l'architecte d'intérieur. En somme, la restructuration a permis d'élaborer un nouveau plan en phase avec les modes de vie actuels.
-
>> En photo : cuisine façonnée à partir d'un modèle Ikea et d'un plan de travail sur mesure en frêne. Table entièrement sur mesure.
-
>> A lire aussi >> Ouvrir la cuisine sur la salle à manger : les 50 idées gagnantes

Maudit Salaud

agrandir Des matériaux naturels pour une maison saine

4 - Des matériaux naturels pour une maison saine - Si le chantier s'est étendu sur six années, c'est aussi en raison des choix de restauration. L'architecte d'intérieur aimant avant tout travailler avec les matières premières pour obtenir un résultat optimal. La maison fut entièrement isolée avec un mélange de chaux, de chanvre, de sable et de graviers. Une alternative authentique et respectueuse que la laine de verre par exemple, mais qui demande toutefois deux ans de séchage. Durant ce laps de temps, impossible de poser le plancher car l'humidité reste importante. Une contrainte de temps pourtant récompensée par les sérieux atouts de ce mélange. C'est à la fois un très bon isolant thermique et phonique, ainsi les sept mètres de hauteur sous plafond ne sont pas entachés par une résonnance désagréable.

Maudit Salaud

agrandir Une palette de couleurs minérales déclinée aux quatre coins du foyer

5 - Une palette de couleurs minérales déclinée aux quatre coins du foyer - L'aspect résolument minéral de ce revêtement en chanvre et sable a ensuite inspiré la palette colorée de la maison. C'est en partant de l'aspect blanc cassé de la chaux et du bois naturel que Valérie Isaac a modelé l'ensemble du 160 m2. Ici les matières premières sont reines : les notes de chêne et de frêne massif réchauffent naturellement le blanc dominant. Le parquet - "qui craque sous le pied" - apporte ainsi de l'authenticité aux volumes contemporains du repaire familial. "J'aime avant tout travailler avec les matériaux bruts. La coque reste majoritairement blanche car je souhaitais une certaine neutralité, histoire de ne pas dénaturer la bâtisse." Des matières naturelles qui transforment l'intérieur avec sensibilité.
-
>> A découvrir >> 20 inspirations pour un parquet blanc

Maudit Salaud

agrandir Un chantier à deux niveaux

6 - Un chantier à deux niveaux - Pas moins de 80 m2 ont été supprimés durant la rénovation. A l'origine, la demeure s'étendait encore sur la longueur, mais cet espace attenant était en mauvais état. En contrepartie, les combles jusqu'alors inexploités ont été investis pour créer les chambres d'enfants. L'étage n'a toutefois pu voir le jour qu'après la pose d'une dalle en béton qui a mis quasiment un année à sécher. Une fois de , ce chantier prouve qu'une restauration de qualité demande de la patience.
-
>> A voir également >> Créer une chambre là où il n'y en a pas : 6 exemples

Valérie Isaac

agrandir La cheminée, pièce maîtresse de l'espace à vivre

7 - La cheminée, pièce maîtresse de l'espace à vivre - Les espaces de vie du rez-de-chaussée cumulent 65 m2 habitables. Et si les pièces ouvertes ont de nombreux avantages, elles peuvent aussi manquer de chaleur. Pour contrer cette impression de démesure, l'architecte d'intérieur et son mari ont succombé à une pièce d'exception : une cheminée à double foyer. Placée au centre de la surface, elle structure le séjour - ainsi la cuisine dînatoire et le salon se sont installés de part et d'autre de cette cheminée. Autour de ce double foyer tous les espaces gravitent. Au passage, le conduit de cheminée permet de chauffer tout l'étage où se nichent les chambres des enfants.
-
>> A lire également >> Comment aménager un salon avec une cuisine ouverte ?

Maudit Salaud

agrandir L'intérieur d'origine était coincé dans les années 50

8 - L'intérieur d'origine était coincé dans les années 50 - Aujourd'hui, rien ne laisse soupçonner l'état de la ferme au moment de l'acquisition. Coincée dans les années 50, la bâtisse était enfouie sous une couche de désuétude, ponctuée par des pièces où les carrelages bariolés de couleurs ne faisaient qu'assombrir l'espace. Il en faisait aucun doute qu'un changement radical était nécessaire pour ranimer les lieux.
-
>> A lire aussi >> Un 85 m2 aménagé sous les toits d'une ancienne ferme

Valérie Isaac

agrandir Ambiance cocooning au séjour

9 - Ambiance cocooning au séjour - Imaginé comme un espace de détente, le salon met à l'honneur les matières douillettes. Les assises en laine et le range-bûches en sapin contribuent à envelopper la pièce dans un cocon. Aussi confortable soit-il, le rez-de-chaussée n'est pas encombré pour autant ; aucun accessoire superflu ne vient rompre l'atmosphère contemporaine qui règne ici. Et pour cause, l'espace ne se compose que de très peu de pièces. La déco répond au principe du peu d'éléments mais des meubles imposants : un canapé de 4,20 mètres, une table de salle à manger de 2,60 mètres, un luminaire de 90 centimètre de diamètre. Meubler des surfaces aussi généreuses ne s'improvise pas, en particulier avec une cuisine de 34 m2 entièrement ouverte sur un salon de 30 m2. Il faut donc adapter le gabarit des pièces au volume à disposition.
-
>> A découvrir >> Aménagement du salon : les 5 pièges à éviter

Maudit Salaud

agrandir Jeux de perspectives dans l'ensemble du 160 m2

10 - Jeux de perspectives dans l'ensemble du 160 m2 - Il n'y a pas que le mobilier qui entretienne la démesure de cette maison de famille. Valérie Isaac a pensé le moindre centimètre carré et n'a pas laissé au hasard la circulation entre les différents espaces : les ouvertures XXL de la pièce à vivre (frôlant les 2,40 m de haut) sont symétriques et permettent alors au regard de courir jusqu'au fond de la bâtisse. D'ailleurs, toute l'architecture intérieure fut modelée pour étendre les perspectives. "Depuis le canapé, l'oeil est tantôt attiré par la bibliothèque en fond de pièce, tantôt par le jardin arboré qui se dessine dans les fenêtres de la cuisine", précise notre experte. Le 160 m2 est dicté par des lignes contemporaines travaillées.

Maudit Salaud

agrandir Entre béton et pierres apparentes, le sas adopte un look brut

11 - Entre béton et pierres apparentes, le sas adopte un look brut - Depuis la cuisine, le sas d'entrée se détache dans l'encadrement que lui offre l'ouverture. L'espace se distingue du reste du rez-de-chaussée avec sa dominante de béton. Ici, impossible de déposer l'escalier, devenu porteur de la maison au fil des années. Seules ses marches furent modifiées pour apporter de confort à la montée. Entre le mur de pierres apparentes et le béton brut, ce lieu de transition avec l'étage mêle à merveille vestiges du passé et modernité.
-
>> A lire aussi >> 15 couloirs qui font partie du décor

Maudit Salaud

agrandir Une partie nuit modelée comme un cocon

12 - Une partie nuit modelée comme un cocon - Si l'espace de vie profite de 65 m2, les chambres ont des volumes restreints, autour de 12 m2 pour favoriser leur intimité. Le coin nuit parental s'est offert une tête de lit en papier peint qui rehausse l'ambiance générale sans pour autant rompre la palette minérale. Surtout, aucune chambre n'est encombrée de rangements dans la maison familiale. Un dressing XXL fut modelé dans le couloir pour désengorger les pièces de nuit. Au passage, l'aménagement donne une véritable fonction au corridor de la maison qui frôle les 12 mètres de long.
-
>> A découvrir >> Un dressing dans un couloir ? Mode d'emploi !

Maudit Salaud

Ailleurs sur le web

Contenu proposé par Taboola

Sur le même thème

Abonnez-vous

Côté Paris
Je m'abonne

Newsletter CôtéMaison

Recevez quotidiennement le meilleur de l'actu déco de Côté Maison

Services

Commentez cet article

0 commentaire

Retour vers le haut de page